Aide aux réfugiés burundais au Rwanda – Mahama, Rwanda

Le Burundi connait depuis de nombreuses années différents conflits armés. En avril 2015, à la suite d’un coup d’Etat manqué et la chute du gouvernement, le pays a sombré. Les Burundais fuient l’insécurité et les problèmes politico économique majeurs. 250 000 personnes se sont réfugiées dans les pays voisins dont 70 000 environ au Rwanda. Le camp de Mahama accueille 50 000 burundais et ce chiffre augmente chaque semaine. Les réfugiés souffrent d’un manque d’espace, de produits alimentaires, de médicaments, de vêtements, de produits d’hygiène et d’autres produits de première nécessité. Les ONG sont présentes depuis Juillet 2015 pour leur venir en aide mais cela n’est pas suffisant. Les Filles de la Charité sont également présentes et offrent un service personnalisé aux plus vulnérables. Elles rendent visite à chaque tente, elles les écoutent et leur apportent un soutien spirituel. Les Sœurs  ont besoin de tous produits nécessaires à améliorer la vie de ces personnes (couverture, nourriture, médicaments…)

Camp Burundi

Education pour les enfants défavorisés – Maichew, Ethiopie

En 2005, les Filles de la Charité ont fondé un ensemble scolaire Bethlehem pour l’éducation des enfants pauvres et orphelins. Le centre offre une éducation selon la méthode Montessori pour les enfants âgés de 3 à 6 ans, tandis que l’école primaire accueille des élèves du CP au CM2 avec un enseignement élémentaire standard. Une classe supplémentaire est ajoutée chaque année. Cette éducation de qualité et holistique cohérente est la stratégie mise en place pour aider ces enfants à sortir de la pauvreté. Tout absentéisme est suivi d’une visite à domicile. Le jardin d’enfants Bethlehem soutient les familles et le personnel scolaire, d’un point de vue social, économique, physique et psychologique. L’école dispose de plusieurs comités où sont représentés les parents ainsi que les employés. Il existe actuellement 200 enfants inscrits à la maternelle et 385 au primaire. Il est prévu que le nombre d’élèves augmente de 100 élèves au cours des trois prochaines années. Environ 6 à 10% des familles ne peuvent pas payer les frais de scolarité. Les autres apportent une contribution, mais cela est loin d’être suffisant pour couvrir les frais de fonctionnement de l’école.

Ethiopia 2 Ethiopia 13

Appui au Centre Artisanal de Ruzzo – Burundi

Les Filles de la Charité de la Province d’Afrique Centrale animent ce Centre Artisanal unique dans la région, pour offrir une alternative à la jeunesse locale n’ayant pas la possibilité de suivre une scolarité primaire ou secondaire.

Le programme vise à développer les compétences humaines, intellectuelles et pratiques de ces jeunes, leur donnant la possibilité de développer leur créativité et d’acquérir des compétences. Ainsi ils pourront acquérir une autonomie dans la vie, et pour certains de pouvoir travailler en coopérative.

Une Sœur assure un accompagnement individuel et personnalisé des jeunes et un lien avec les familles.

Ces jeunes viennent de familles pauvres, et les frais d’inscription versés par les parents ne suffisent pas à couvrir les frais de fonctionnement du Centre. Grâce à vous, le Fonds de Dotation Rosalie Rendu a pu soutenir ce Centre (Salaires pour 7 membres du personnel, achat de matériel pour la coupe et la couture, produits de nettoyage,  fournitures de bureau, etc.).

13001-16 Burundi 2

Soutenir l’École spéciale et la Coopérative – Brazzaville, République du Congo

Les personnes porteuses d’handicaps physiques ou mentaux rencontrent beaucoup de difficultés où qu’elles soient dans le monde. Lorsqu’elles manquent de ressources, ces difficultés augmentent. Depuis 1975, les Filles de la Charité dirigent l’École spéciale à Brazzaville, en République du Congo, qui accueille des jeunes et des adultes qui ont été exclus du système éducatif traditionnel. C’est la seule école gratuite de ce type dans le pays et elle bénéficie à plus de 1 775 étudiants. Lorsqu’ils sont scolarisés dans les cours de matières générales, l’alphabétisation et l’apprentissage technique sont partiellement soutenues financièrement par des partenaires locaux.
Des recettes supplémentaires sont fournies grâce à la Coopérative étudiante qui vend les produits de leur savoir-faire sur la place du marché. L’ébénisterie, la soudure, la couture, le jardinage, la coiffure, le capitonnage automobile et les services d’hôtellerie font partie des compétences et des services offerts. Malheureusement, certaines des composantes essentielles de cette Coopérative sont menacées par le manque de ressources de base:
un véhicule fiable pour transporter les fournitures et les produits,
un système fonctionnel d’arrivée d’eau pour les jardins et les toilettes,
une clôture pour éviter les vols et le vandalisme.
Le Fonds de dotation participe au financement de ce grand projet.

BRAZZAVILLE3 BRAZZAVILLE

Construction de trois salles de classes – Itipo, RD Congo

Depuis plus de soixante ans, les Filles de la Charité sont engagées auprès des habitants d’Itipo (RDC) dans les domaines suivants : éducation, santé et promotion sociale.

Les Sœurs ont constaté que les jeunes filles avaient encore très peu accès à une bonne scolarité. A l’école primaire Salongo II, il devient donc nécessaire de construire des classes supplémentaires afin d’accueillir davantage d’enfants. Cela permettra notamment aux enseignants une meilleure gestion de leurs classes, une promotion de l’alphabétisation et des occasions pour les jeunes filles de se former afin de réussir dans la vie.

 ITIPO 027  Itipo Projet Classe 1

Installation de panneaux solaires – Kigali, Rwanda

La Province d’Afrique Centrale regroupe les Filles de la Charité du Rwanda, du Burundi et de la République Centrafricaine. La maison provinciale est située à Kigali (Rwanda), elle est occupée en permanence par 11 Sœurs qui servent les Pauvres dans le quartier, la paroisse  et à  l’Ecole voisine. Cette maison reçoit de nombreux groupes pour des réunions, notamment de la Famille Vincentienne et des retraites, sessions de formation.  Cet accueil est perturbé par de fréquentes coupures de courant. Les Sœurs ont le projet d’installer des panneaux solaires afin de pallier à ces problèmes essentiellement pour les salles de formation (rez de chaussée et premier étage) et faire des économies d’énergie.

IMG_1876[1]IMG_1875[1]

Achat d’un véhicule pour le programme contre la lèpre – Jimma, Ethiopie

SAM_5777En Éthiopie, durant des décennies, les victimes de la lèpre ont été mises à l’écart et isolées, vivant littéralement « au pays des morts » dans les cimetières. Elles étaient obligées de fouiller dans les poubelles pour trouver leur nourriture. En 2000, les Filles de la Charité de la maison Sainte Catherine (région de Jimma en Ethiopie) décident de mettre en place deux communautés très dynamiques afin de venir en aide aux personnes touchées par la lèpre à Ginji et à Tulema. Les Sœurs ont aidé à construire des maisons pour 60 familles qui ont souffert durant des générations de la stigmatisation de la lèpre. Leurs enfants sont maintenant scolarisés dans les écoles des Filles de la Charité. Les villageois n’ont plus recours à la mendicité parce qu’ils sont parvenus à une plus grande autosuffisance grâce à un programme de formation et d’acquisition de compétences et à des activités génératrices de revenus.

Il était nécessaire d’acheter un véhicule tout terrain pour transporter les Sœurs et les bénévoles jusqu’aux villages, pour amener les malades à l’hôpital, pour apporter des fournitures pour les activités génératrices de revenus, et de la nourriture pour le programme nutritionnel de l’école.

SAM_5773

La Promotion des Femmes au Rwanda – Afrique Centrale

Depuis 1989, les Filles de la Charité aident des jeunes filles, âgées de 16 à 24 ans, dans leur centre de Kigali au Rwanda. En raison de la pauvreté, ces jeunes filles n’ont pas les moyens de poursuivre leurs études secondaires.

Promotion of Women RWANDA

Avec l’aide des donateurs pour ce programme, les Sœurs ont pu fournir une formation technique à ces jeunes filles pour les préparer à acquérir des compétences en couture et en confection de vêtements, afin qu’elles puissent subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Les participantes ont également reçu des cours d’Anglais pour accroître la qualité de leurs vies. Les Filles de la Charité font des visites à domicile pour mieux comprendre les situations personnelles de chaque famille avant et après la formation.

Une personne bénéficiaire exprimait ainsi sa reconnaissance :

« Je suis heureuse de me sentir capable de créer des vêtements. Cette formation va m’aider à envisager l’avenir et à créer une vie digne comme les autres jeunes. »

Construction d’un Centre médicalisé de pédiatrie au Nord-Cameroun

Centre médicalisé au Nord CamerounPrésentes dans l’extrême Nord du Cameroun depuis 1972, les Filles de la Charité se sont investies en particulier dans les soins liés à la protection maternelle et infantile. En 2002 elles ont ouvert à Moutourwa, le « Centre d’Accueil Sainte Louise de Marillac » pour les enfants malnutris. Depuis sa création jusqu’à la fin de l’année 2010, le Centre Nutritionnel a accueilli 795 enfants internes, sans compter les nombreux enfants externes ; pendant les dix dernières années, elles ont suivi régulièrement 8 335 enfants inscrits à la PMI dans les différents villages. Parmi les enfants accueillis au Centre Nutritionnel, beaucoup souffrent de maladies  « opportunistes » comme la tuberculeuse, les mycoses, la diarrhée, les bronchites, etc.

De plus, lors des consultations qu’elles assurent dans les villages avoisinants, les Sœurs découvrent souvent des enfants gravement malades, nécessitant des soins et des examens spécifiques. Généralement, par manque de moyens, la famille ne peut pas assumer les frais de déplacement et de soins vers l’Hôpital le plus proche (55 km).

Afin de pouvoir offrir des soins appropriés les Filles de la Charité du Cameroun ont vu la nécessité de créer un Centre médicalisé de pédiatrie avec hospitalisation, ainsi qu’une Maternité et un bloc opératoire permettant de petites interventions. Le Centre offrira ses services de PMI aux femmes enceintes et aux enfants de toute cette zone encore peu développée. Le projet va se développer par étapes sur le vaste terrain mis à disposition par le chef traditionnel du district de Moutourwa. Le devis pour la construction est de : 470 000 Euros, auxquels s’ajoute le budget pour l’équipement. Plusieurs partenaires ont promis leur soutien et la Compagnie des Filles de   la Charité s’est engagée elle aussi dans le financement de ce projet. En septembre 2013, la construction du 2e bâtiment est achevée, permettant l’aménagement intérieur des 2 pavillons. Les travaux extérieurs se poursuivent : château d’eau, fosses septiques, installation de panneaux solaires, clôture et préparation du terrain pour les cultures vivrières.

Pour le bon fonctionnement de ce Centre, des dons sont toujours les bienvenus.

Cameroun centre pédiatrique miniature