Sœur Rosalie Rendu

Fille de la Charité de Saint Vincent de Paul

Jeanne-Marie Rendu (Sœur Rosalie), est née le 9 Septembre 1786, à Confort, situé dans le Jura, près de la frontière suisse. Elle entre dans la Compagnie des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul en 1802 et pendant 54 ans, elle sera au service des plus démunis, dans le quartier Mouffetard, le quartier le plus pauvre de Paris.

Le témoignage de charité en actes

Traquer la misère pour rendre à l’homme sa dignité, tel a été l’objectif de Soeur Rosalie pendant 54 ans. Pour le service de ses bien-aimés, les pauvres, elle risque tout, prend de nombreuses initiatives avec intelligence et audace, douée d’une vive sensibilité, elle avait de l’empathie pour tous ceux qui souffraient.

Aux jeunes membres de la « Conférence de Charité » qui se réunissent depuis 1833, Sœur Rosalie prête une grande attention. Elle leur enseigne à « visiter l’indigence à domicile », recommandant la patience, l’indulgence et la courtoisie à l’égard des plus démunis. Ils apprennent avec elle, « à voir Notre Seigneur dans les pauvres », à les respecter, les considérer comme des frères en humanité.

Durant de longues années, elle est, pour ces étudiants généreux qui se succèdent, une formatrice très appréciée. Les Conférences se multiplient rapidement à Paris et en Province, tandis que Frédéric Ozanam rêve « d’enserrer le monde dans un réseau de charité »…