Aide aux réfugiés burundais au Rwanda – Mahama, Rwanda

Le Burundi connait depuis de nombreuses années différents conflits armés. En avril 2015, à la suite d’un coup d’Etat manqué et la chute du gouvernement, le pays a sombré. Les Burundais fuient l’insécurité et les problèmes politico économique majeurs. 250 000 personnes se sont réfugiées dans les pays voisins dont 70 000 environ au Rwanda. Le camp de Mahama accueille 50 000 burundais et ce chiffre augmente chaque semaine. Les réfugiés souffrent d’un manque d’espace, de produits alimentaires, de médicaments, de vêtements, de produits d’hygiène et d’autres produits de première nécessité. Les ONG sont présentes depuis Juillet 2015 pour leur venir en aide mais cela n’est pas suffisant. Les Filles de la Charité sont également présentes et offrent un service personnalisé aux plus vulnérables. Elles rendent visite à chaque tente, elles les écoutent et leur apportent un soutien spirituel. Les Sœurs  ont besoin de tous produits nécessaires à améliorer la vie de ces personnes (couverture, nourriture, médicaments…)

Camp Burundi

Education pour les enfants défavorisés – Maichew, Ethiopie

En 2005, les Filles de la Charité ont fondé un ensemble scolaire Bethlehem pour l’éducation des enfants pauvres et orphelins. Le centre offre une éducation selon la méthode Montessori pour les enfants âgés de 3 à 6 ans, tandis que l’école primaire accueille des élèves du CP au CM2 avec un enseignement élémentaire standard. Une classe supplémentaire est ajoutée chaque année. Cette éducation de qualité et holistique cohérente est la stratégie mise en place pour aider ces enfants à sortir de la pauvreté. Tout absentéisme est suivi d’une visite à domicile. Le jardin d’enfants Bethlehem soutient les familles et le personnel scolaire, d’un point de vue social, économique, physique et psychologique. L’école dispose de plusieurs comités où sont représentés les parents ainsi que les employés. Il existe actuellement 200 enfants inscrits à la maternelle et 385 au primaire. Il est prévu que le nombre d’élèves augmente de 100 élèves au cours des trois prochaines années. Environ 6 à 10% des familles ne peuvent pas payer les frais de scolarité. Les autres apportent une contribution, mais cela est loin d’être suffisant pour couvrir les frais de fonctionnement de l’école.

Ethiopia 2 Ethiopia 13

Ecole maternelle et primaire – Kicukiro-Kigali, Rwanda

  L’école St Vincent de Paul ouverte en 2015, scolarise des enfants issus de familles pauvres qui bénéficient d’une aide pour les frais de scolarité, les fournitures scolaires, les uniformes et tenues sportives.

Les Filles de la Charité et les enseignants laïcs dispensent une éducation de qualité dans un environnement sûr et aimant pour ces enfants. 41 d’entre eux fréquentent l’école maternelle, et 81, les divers degrés de l’école primaire. Les cours sont dispensés en français, anglais, et  kinyarwanda.

Les Sœurs travaillent avec les parents pour accroître les valeurs de l’éducation, par une écoute attentive, des conversations informelles et des réunions périodiques. Elles ont mis en place des comités de parents, pour les associer à la vie scolaire de leurs enfants.

Ce projet contribue à la promotion de ces enfants qui, avec  la formation  intellectuelle, dispense une éducation de qualité, avec des valeurs morales chrétiennes, des expériences artistiques, culturelles et sportives.

13002-16Rwanda2 13002-16Rwanda4 13002-16Rwanda6

Appui au Centre Artisanal de Ruzzo – Burundi

Les Filles de la Charité de la Province d’Afrique Centrale animent ce Centre Artisanal unique dans la région, pour offrir une alternative à la jeunesse locale n’ayant pas la possibilité de suivre une scolarité primaire ou secondaire.

Le programme vise à développer les compétences humaines, intellectuelles et pratiques de ces jeunes, leur donnant la possibilité de développer leur créativité et d’acquérir des compétences. Ainsi ils pourront acquérir une autonomie dans la vie, et pour certains de pouvoir travailler en coopérative.

Une Sœur assure un accompagnement individuel et personnalisé des jeunes et un lien avec les familles.

Ces jeunes viennent de familles pauvres, et les frais d’inscription versés par les parents ne suffisent pas à couvrir les frais de fonctionnement du Centre. Grâce à vous, le Fonds de Dotation Rosalie Rendu a pu soutenir ce Centre (Salaires pour 7 membres du personnel, achat de matériel pour la coupe et la couture, produits de nettoyage,  fournitures de bureau, etc.).

13001-16 Burundi 2

Assistance sanitaire pour les patients en détresse – Cameroun

Au Cameroun, les Filles de la Charité ont mis en place un projet d’assistance sanitaire pour les patients très pauvres. Cela doit avoir un impact direct sur 70 à 80 personnes : éducation à la santé et prévention, opérations chirurgicales, aide financière pour les soins et soutien en cas de décès. Les Sœurs font des visites à domicile pour atteindre les personnes et familles pauvres et abandonnées, souffrant de maladies chroniques : tuberculose, VIH / SIDA, hypertension, diabète, ainsi que des personnes âgées. Elles apportent aussi une aide psychologique et spirituelle pour favoriser le rétablissement.

Ce programme d’aide à la santé pour les patients en détresse est en cours sur 2 ans, dans 6 Communautés du Cameroun : dans l’Extrême-Nord: Midjivin et Moutourwa; dans l’Ouest: Dschang et Foumban, et dans le centre: Nsimalen et Yaoundé.

animation sanitaire

DSC02287 a

 

 

Un véhicule pour un service éducatif et pastoral de proximité – Betroka, Madagascar

Madagascar comprend 70% de personnes « pauvres » dont 59% d’ « extrêmement pauvres ». Cette pauvreté s’est aggravée au cours des deux dernières décennies. Trois Filles de la Charité ayant des formations d’infirmière, de conseillère spirituelle et d’enseignante vont collaborer avec des laïcs pour rejoindre les personnes des secteurs reculés de Betroka (région d’accès difficile). Elles vont  lutter contre les problèmes de malnutrition, de mauvaise santé, d’illettrisme, de conflits familiaux et de croyances traditionnelles  (sorcellerie et superstitions) en apportant des services de santé et d’éducation de proximité et en partageant leurs valeurs chrétiennes. Les Sœurs travaillent avec les autorités locales pour améliorer ces situations.

Les Sœurs ont besoin d’un véhicule durable Toyota Land Cruiser pour permettre leurs rencontres et leurs visites éducatives et sanitaires, et pour soutenir leurs efforts dans la pastorale.

Madagascar VillageMadagascar Piste sèche

Soutenir l’École spéciale et la Coopérative – Brazzaville, République du Congo

Les personnes porteuses d’handicaps physiques ou mentaux rencontrent beaucoup de difficultés où qu’elles soient dans le monde. Lorsqu’elles manquent de ressources, ces difficultés augmentent. Depuis 1975, les Filles de la Charité dirigent l’École spéciale à Brazzaville, en République du Congo, qui accueille des jeunes et des adultes qui ont été exclus du système éducatif traditionnel. C’est la seule école gratuite de ce type dans le pays et elle bénéficie à plus de 1 775 étudiants. Lorsqu’ils sont scolarisés dans les cours de matières générales, l’alphabétisation et l’apprentissage technique sont partiellement soutenues financièrement par des partenaires locaux.
Des recettes supplémentaires sont fournies grâce à la Coopérative étudiante qui vend les produits de leur savoir-faire sur la place du marché. L’ébénisterie, la soudure, la couture, le jardinage, la coiffure, le capitonnage automobile et les services d’hôtellerie font partie des compétences et des services offerts. Malheureusement, certaines des composantes essentielles de cette Coopérative sont menacées par le manque de ressources de base:
un véhicule fiable pour transporter les fournitures et les produits,
un système fonctionnel d’arrivée d’eau pour les jardins et les toilettes,
une clôture pour éviter les vols et le vandalisme.
Le Fonds de dotation participe au financement de ce grand projet.

BRAZZAVILLE3 BRAZZAVILLE

Construction de trois salles de classes – Itipo, RD Congo

Depuis plus de soixante ans, les Filles de la Charité sont engagées auprès des habitants d’Itipo (RDC) dans les domaines suivants : éducation, santé et promotion sociale.

Les Sœurs ont constaté que les jeunes filles avaient encore très peu accès à une bonne scolarité. A l’école primaire Salongo II, il devient donc nécessaire de construire des classes supplémentaires afin d’accueillir davantage d’enfants. Cela permettra notamment aux enseignants une meilleure gestion de leurs classes, une promotion de l’alphabétisation et des occasions pour les jeunes filles de se former afin de réussir dans la vie.

 ITIPO 027  Itipo Projet Classe 1

Installation de panneaux solaires – Kigali, Rwanda

La Province d’Afrique Centrale regroupe les Filles de la Charité du Rwanda, du Burundi et de la République Centrafricaine. La maison provinciale est située à Kigali (Rwanda), elle est occupée en permanence par 11 Sœurs qui servent les Pauvres dans le quartier, la paroisse  et à  l’Ecole voisine. Cette maison reçoit de nombreux groupes pour des réunions, notamment de la Famille Vincentienne et des retraites, sessions de formation.  Cet accueil est perturbé par de fréquentes coupures de courant. Les Sœurs ont le projet d’installer des panneaux solaires afin de pallier à ces problèmes essentiellement pour les salles de formation (rez de chaussée et premier étage) et faire des économies d’énergie.

IMG_1876[1]IMG_1875[1]

Construction d’un Centre anti-tuberculose – Tangainony, Madagascar

Les Filles de la Charité sont arrivées à Tangainony en 1946, et ont ouvert un dispensaire en 1965. Les conditions de  vie de la population font que  la tuberculose est encore très présente dans cette région. Chaque mois, entre 13 et 15 nouveaux cas de tuberculose sont dépistés et traités au dispensaire. Les interruptions de traitement provoquent souvent des rechutes et des contaminations. La malnutrition diminue également la réponse des patients au traitement. De nombreux patients viennent de milieux pauvres et doivent parcourir de longues distances pour se rendre au dispensaire. Les Sœurs souhaitent améliorer le suivi et les résultats pour les patients atteints de tuberculose en fournissant un lieu d’hébergement temporaire qui pourra accueillir 20 patients. Le centre disposera de cinq chambres pour quatre patients, une cuisine et trois douches / bains.

Photo Madagascar projet centre