“Música pour la vie”– Recife, Brésil

2

Dans le quartier Socorro, banlieue de Recife vit une population pauvre, peu instruite, avec des emplois précaires et de faibles revenus. Les familles sont nombreuses  et dans ce contexte, enfants et adolescents sont menacés par la violence, la drogue, la criminalité. Les sœurs travaillent à l’évangélisation en collaboration avec la paroisse, et découvrent toutes sortes de pauvretés lors des visites à domicile. En réponse aux demandes des parents d’élèves de l’école élémentaire, et compte tenu du manque de soutien des pouvoirs publics, le projet de musique de proximité a émergé comme une nécessité pour combler le temps libre des jeunes enfants et des adolescents du quartier de Socorro. Le projet « Musique pour la vie », offrira aux enfants et aux jeunes une formation musicale, des opportunités de développement personnel et de promotion sociale. L’implication de ces jeunes dans la culture locale pourra leur ouvrir aussi le marché du travail.

1

Nourriture, Vêtements, Produits de 1ère nécessité pour les Sans-Abri – Cracovie, Pologne

En réponse aux énormes besoins de la population des personnes sans-abri à Cracovie, les Filles de la Charité ont rénové un vieux bâtiment où elles offrent maintenant une variété de services : Assistance médicale (en particulier pour les blessures aux jambes), Centre de jour, Nutrition, Vêtements et Soins d’hygiène. Pendant l’hiver, environ 130 personnes bénéficient des soins et une soixantaine en été. Ceux qui viennent au centre peuvent également lire des livres, regarder des films, écouter des conférences religieuses, prier et partager leurs expériences. Pour que leurs services aient des effets à long terme, les Sœurs essayent aussi d’aider ces personnes à trouver un emploi et à communiquer avec leurs familles. Pour continuer ce projet, les Sœurs ont besoin de produits alimentaires, de médicaments, de vêtements, de produits d’hygiène et d’autres produits de première nécessité.

Pologne3Pologne1

Aide aux réfugiés burundais au Rwanda – Mahama, Rwanda

Le Burundi connait depuis de nombreuses années différents conflits armés. En avril 2015, à la suite d’un coup d’Etat manqué et la chute du gouvernement, le pays a sombré. Les Burundais fuient l’insécurité et les problèmes politico économique majeurs. 250 000 personnes se sont réfugiées dans les pays voisins dont 70 000 environ au Rwanda. Le camp de Mahama accueille 50 000 burundais et ce chiffre augmente chaque semaine. Les réfugiés souffrent d’un manque d’espace, de produits alimentaires, de médicaments, de vêtements, de produits d’hygiène et d’autres produits de première nécessité. Les ONG sont présentes depuis Juillet 2015 pour leur venir en aide mais cela n’est pas suffisant. Les Filles de la Charité sont également présentes et offrent un service personnalisé aux plus vulnérables. Elles rendent visite à chaque tente, elles les écoutent et leur apportent un soutien spirituel. Les Sœurs  ont besoin de tous produits nécessaires à améliorer la vie de ces personnes (couverture, nourriture, médicaments…)

Camp Burundi

Education pour les enfants défavorisés – Maichew, Ethiopie

En 2005, les Filles de la Charité ont fondé un ensemble scolaire Bethlehem pour l’éducation des enfants pauvres et orphelins. Le centre offre une éducation selon la méthode Montessori pour les enfants âgés de 3 à 6 ans, tandis que l’école primaire accueille des élèves du CP au CM2 avec un enseignement élémentaire standard. Une classe supplémentaire est ajoutée chaque année. Cette éducation de qualité et holistique cohérente est la stratégie mise en place pour aider ces enfants à sortir de la pauvreté. Tout absentéisme est suivi d’une visite à domicile. Le jardin d’enfants Bethlehem soutient les familles et le personnel scolaire, d’un point de vue social, économique, physique et psychologique. L’école dispose de plusieurs comités où sont représentés les parents ainsi que les employés. Il existe actuellement 200 enfants inscrits à la maternelle et 385 au primaire. Il est prévu que le nombre d’élèves augmente de 100 élèves au cours des trois prochaines années. Environ 6 à 10% des familles ne peuvent pas payer les frais de scolarité. Les autres apportent une contribution, mais cela est loin d’être suffisant pour couvrir les frais de fonctionnement de l’école.

Ethiopia 2 Ethiopia 13